une histoire

Pourquoi cette histoire-là et pas une autre, puisque rien n’est donné que l’image de l’histoire ? À quel fragment signifiant s’attache l’écriture ? Le flou d’une main induisant un mouvement ? L’inclinaison du cou qui suggère un doute ou un défi ? Je ne sais pas.

Cela s’installe, comme ça, parce que cette image-là amène cette histoire-là. Et que je ne peux pas écrire toutes les histoires d’une image. Car tant d’autres, dans cette image-là, resteront impensées, cachées par celle-là qui s’écrit. Et cela pourrait être une raison suffisante. D’autant que, sans doute, le comment est plus pertinent ici que le pourquoi : comment cette histoire-là et pas autrement ?

2014.09.06