un pré-texte

L’utilisation d’images trouvées, fabriquées par d’autres, inconnus et disparus, exhibe, exacerbe la question de la source de l’œuvre. Et celle de la dépendance absolue du texte produit à l’égard de l’image source.

Dépendance non réciproque, car si telle image aurait pu générer x autres textes – ou aucun – tel texte n’aurait pas pu être produit à partir d’une autre image ni, a fortiori, à partir d’aucune image. Tel texte pourrait, bien sûr, être généré à partir d’une image imaginée, mais pas à partir d’aucune image. Même physiquement inexistante, une image (au sens large) préexiste toujours au texte, consciemment ou non.

Et le travail d’Immortalités, à partir d’images réelles, exhibe ce lien nécessaire, suffisant et univoque entre une image source et un texte qui en découle.

2014.10.08