l’ouverture

Que portent ces images ? Sur quelles voies (littéraires, picturales, solitaires ou non) me mèneront-elles ?

Il y a eu un long moment où je n’ai pas écrit d’histoire. Après celle d’Anna, qui marquait une rupture dans la forme du texte. Je choisissais alors d’ouvrir l’écriture, d’en écarter les bords (frontières) définis a priori. Depuis, deux autres fictions ont repris la forme canonique, dirons-nous, de la série. Mais cette idée de casser le cadre demeure.

Le projet continue. Il se déploie en quelque sorte. Il y aura peut-être des vidéos (images, texte et musique), il y aura peut-être des performances, il y aura peut-être, un jour, un livre. Et ces images que je me refusais jusque ici à modifier, par une sorte de fidélité ou de purisme archéologique, je commence à les trafiquer, à changer un cadrage, voire à altérer considérablement l’image d’origine pour n’en conserver qu’un fragment.

Qu’adviendra-t-il des fictions déjà écrites et des images déjà « reproduites » ? En ferai-je d’autres versions (textes et images) ? Et si oui, conserverai-je les versions premières pour constituer des fictions stratifiées et jouer sur le palimpseste ? Je ne sais pas encore.

2015.12.13