des séquences

Certains de celles et ceux qui deviennent les personnages de ces Immortalités sont représentés sur plusieurs images. On voit ainsi Luce et sa taille arrondie et Luce en robe cintrée. Laquelle des photos a été prise en premier ? On ne sait pas. Et est-ce elle, aussi, devant le grand hôtel de La Baule ? Est-elle la mère de Camille qu’on croit voir grandir au fil des images révélées ? Dans d’autres cas, plusieurs images ont été prises le même jour, en un même lieu.
Que faire de ces séries? Choisir une image et rejeter les autres dans l’oubli ? Ou fabriquer une autre forme intégrant plusieurs photos à un même texte en tentant de combler les vides du temps ou de l’espace ? Ou prendre les images une à une, comme s’il s’agissait chaque fois d’un nouveau personnage ? Ou écrire plusieurs textes distincts et (relativement) autonomes sur un même personnage, comme si chaque nouvelle image révélait une nouvelle part de son histoire pouvant être lue sans connaître les autres?
Peut-être y aura-t-il plusieurs Luce, plusieurs Camille, plusieurs Georges, avançant dans leur histoire, image par image. Ou peut-être les êtres réels, reconnaissables et reconnus sur plusieurs images, s’effaceront-ils derrière les personnages qu’ils deviennent par la fiction, chaque fois autres et différents d’eux-mêmes. Je ne sais pas. Pas encore. Et peut-être en ira-t-il différemment pour chacun…

2015.05.20