constance

constance_p

Elle résiste déjà à qui veut l’entraîner vers quelque autre réel. Elle résiste du regard qu’elle garde posé sur quelqu’un, quelque chose, quelque part. On ne sait pas, mais disons qu’elle imprime en elle-même une image. Sa résistance n’est pas révolte. Elle sourirait presque à cela qu’elle quitte, persuadée qu’elle est sans le savoir que son prénom protège de l’oubli.

Celui-là qui l’emmène l’a prise par le poignet. Elle n’abandonnera pas pour lui donner la main l’objet auquel elle tient. Est-ce un livre de contes où sa mère lui lit les histoires qu’elle aime ? Un livre où elle voit des forêts, des châteaux, des dragons et des fêtes ? On ne sait pas, mais disons que c’est le premier livre et qu’il y en aura d’autres, tant d’autres. Des pages et des pages, des lignes et des lignes où poser son regard comme sur un amour d’enfance trop tôt quitté. On ne sait pas ce qu’elle lira de ce qui n’est pas encore écrit.

L’image de Constance est tirée d’un négatif sur verre acheté au Marché Vernaison à Saint-Ouen le 31 août 2014.